Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

19 novembre 2007

En ce temps là ...

Quand j'étais petite je croyais à la réincarnation, c'était un excellent moyen d'ôter toute mauvaise conscience, quand je faisais sciemment une bêtise je me disais un truc du genre "bah je me rattraperais dans ma prochaine vie", c'était chouette. Dommage je n'y crois plus aujourd'hui et en plus depuis j'ai appris que quand bien même je ferais mieux le siècle prochain, en attendant faut bien que j'assume mes conneries dans cette vie là. C'est parfois moche de grandir.

Quand j'étais encore plus petite, à l'école primaire on avait un bal costumé pour Mardi Gras et une année ma maman m'avait acheté un costume de Scarlett O'Hara (quelle idée ??) constitué d'une robe, d'un chapeau bien encombrant et d'un petit sac. Il était joli ce costume hein mais à l'époque complètement ignorante des émois de Scarlett j'ai pas bien compris en quoi j'étais déguisée alors quand les parents de mes amies m'ont posé la question, j'ai répondu à tous que j'étais en Squelette, eux non plus n'ont pas bien compris je pense, rarement squelette n'aura été aussi apprêté. (En revanche sacrée illumination le jour où j'ai vu Autant en emporte le vent, c'est magique ce genre de moment).

Quand j'étais un peu moins petite, je croyais que 27 ans c'était mon âge parfait, j'avais hâte. Triste aujourd'hui que ça se termine bientôt, c'était drôlement bien d'avoir l'âge parfait et puis 28 c'est vraiment vilain et ça m'ennuie (je sais, je suis numéropathe). Je peux pas passer direct à 31 ?
M'enfin heureusement comme le disait -presque- Pierre Bachelet, m'en fous moi j'ai 27 ans pour très longtemps.

Posté par Aureli à 22:48 - Me, Myself & I - Commentaires [65] - Permalien [#]

12 novembre 2007

Perdue, complément dépassée, en ce moment je suis à côté de mes pompes. Mais vraiment.
Chaque soir je traverse un grand cimetière pour rentrer chez moi, chaque soir, mais aujourd'hui c'est la première fois que je réalise qu'il y fait nuit noire et ce probablement depuis le changement d'heure, non pas que ça change quoique que ce soit finalement mais je comprends mieux désormais pourquoi j'ai si froid à sortir sans pull et la neige qui semble arriver n'est tout compte fait pas tellement en avance, c'est juste moi qui suis terriblement en retard.

Néanmoins comme je ne sais pas rattraper le temps passé, je vais "tâcher" d'alléger celui à venir.

J'ai une cinquantaine -au moins- de billets dans ma tête, tous aussi inintéressants les uns que les autres hein c'est mon crédo (enfin non c'est très propre aux blogs en général en fait), mais comme la météo à venir me désole un peu, je regarde des photos pour me convaincre que non la neige c'est pas forcement diabolique et même que ça peut être joli quand personne marche dessus (autrement dit dans les coins paumés, cela dit faut bien reconnaitre que c'est pas ce qui manque par ici, même en plein Oslo).

asv___Vestlandet__27_
Vestlandet - hiver 2006

Posté par Aureli à 22:55 - Me, Myself & I - Commentaires [15] - Permalien [#]

28 septembre 2007

Je dis Aime

Je travaille 8 heures par jour avec une seule et même personne (adulte j'entends), forcement on passe une grande partie de la journée à discuter (même si bon elle parle bizarre) et évidemment on parle surtout pour ne rien dire, dire des choses intelligentes pendant 8 heures ça serait trop fatiguant et on a pas besoin de ça.

Exemple aujourd'hui j'ai apporté du melon (cantaloup) pour faire gouter aux enfants :

K.C'est quel type de melon ?
Moi : ??? C'est un melon normal.
K. :  Mmm non sinon il serait rouge.
M. :  Ah non sinon ça serait une pastèque (ou "melon d'eau" -vannmelon-)
K. :  T'es sûre ?
M. : Jepp, certaine.
K. :  Mais c'est un melon de quel type alors le tien ?
M. : Juste un melon.
K. :  C'est pas possible, il doit avoir un type parce qu'il est orange. Un "melon orange" ?
M. : Oui si tu veux mais bon c'est quand même juste un melon.
K. :  Un melon normal ça serait pas plutôt un melon vert ou jaune ?
M. : Mmm. non ça c'est un "melon de miel" (honningmelon), c'est pas juste un melon.
K. : Alors pourquoi tous les melons ont des types mais pas le tien ?
M. : Justement parce que c'est juste un melon, sans type.
K. : A mon avis c'est un "melon orange".
M. : Peut être ici, mais par chez moi c'est juste un melon.
K. : Je crois que vous vous trompez chez toi, un vrai melon c'est rouge.
...

En réalité ce genre de conversations on adore ça l'une et l'autre et on les provoque en rivalisant de mauvaise foi, j'aime.

Posté par Aureli à 00:04 - Me, Myself & I - Commentaires [23] - Permalien [#]

19 septembre 2007

Hit me baby one more time

Aujourd'hui je me suis assomée, bien comme il faut, j'ai pas vu 36 chandelles mais un bon millier de points lumineux travaillant joyeusement à me construire une bosse de la taille d'un oeuf (d'autruche, au moins).
C'est carrément la honte quand on sait que mon agresseur vient de fêter ses 2 ans et qu'en plus il l'a même pas fait exprès.
La honte je vous dis.

Note à moi même : Eviter les rixes de fermeture de pubs, je ne donne pas cher de ma peau avec des combattants de ma taille.

Posté par Aureli à 23:08 - Me, Myself & I - Commentaires [35] - Permalien [#]

17 septembre 2007

Say what you want

Bien. Longue absence. C'est la faute au nynorsk.

Alors en fait les choses se sont un peu bousculées, tout d'abord j'ai été engagé en CDI avec poste à pourvoir quasi immédiatement, j'ai donc pris de trop courtes vacances en France pour revenir à temps, presque trop courtes pour avoir le temps de dormir (mais jamais trop courtes pour avoir le temps de manger, ça non).

Ca fait 2 semaines que j'ai commencé, je travaille toujours avec des enfants mais dans un milieu uniquement norvégien, c'est ce que je recherchais même si j'avoue que le côté polyglotte des gamins avec lesquels je travaillais avant me fascinait et que cela va sans doute me manquer. Tout se passe vraiment bien pour l'instant, je suis plutôt contente c'est vraiment intéressant et dans des conditions optimales. Le seul problème en réalité (mais de taille) c'est ma collègue, toute sympathique qu'elle est elle parle nynorsk, c'est vraiment pénible, un nynorsk bâtard mêlé à je ne sais quel dialecte du trou perdu d'où elle vient. Le premier jour j'ai cru que j'allais rendre mon tablier direct, ça allait pas être possible longtemps si je devais lui faire répéter chacune de ses phrases 3 fois. Finalement on s'habitue et c'est pas si terrible mais ça me demande des efforts de concentration et parfois souvent un vrai talent en devinettes.
Le nynorsk c'est fatiguant, que ça soit dit, et même qu'en rentrant chez moi j'avais juste le courage de me faire à manger, de me doucher et guère plus, mais ça va mieux le rythme est pris et mon oreille est plus efficace.

Sinon je suis bien sûre que dans quelques mois je vais parler un mélange improbable de bokmål et de nynorsk teinté d'un bon accent français et que j'en serais incompréhensible, obligé. Moi aussi j'aurais mon dialecte rien qu'à moi un jour.
Yeah !

Posté par Aureli à 23:06 - Me, Myself & I - Commentaires [21] - Permalien [#]